12ème : « M. Cavada veut bien vous répondre, mais après la campagne »

Court entretien téléphonique avec Mme Chatrier, qui gère la communication du candidat Cavada (apparenté UMP)

– Allo? Bonjour, je suis journaliste pour MuniParis, je cherche à joindre Jean-Marie Cavada depuis plusieurs jours…

– Ah oui, j’ai bien eu votre mail. M. Cavada pourra vous répondre, mais après la campagne. Vous comprenez que son agenda est surchargé…

– Euh… C’est-à-dire que nous réalisons un blog spécialement consacré à la campagne des municipales à Paris. Il serait donc plus utile de le rencontrer avant les élections..

– Ah oui je comprends bien.. Mais bon là, c’est tout à fait impossible.. Ca prendrait combien de temps ?

– S’il est vraiment indisponible, un quart d’heure fera l’affaire, le temps d’avoir un son et quelques images..

– Et que voulez-vous lui demander ?

– Vous savez que j’ai déjà interviewé ses adversaires Michèle Blumenthal et Corinne Lepage. Il serait bon que les lecteurs de MuniParis, de plus en plus nombreux, entendent ce qu’il a à dire.

– Sur quoi vous les avez interrogés ? Il faudra que ce soit les mêmes questions, vous savez..

– Ecoutez, nous avons abordé plein de sujets.. Je pourrais par exemple commencer par lui demander ce qui lui déplaît actuellement dans le 12ème..

– Je vous dis tout ça parce que c’est important d’organiser les équipés..

Les « équipés » ?… Changer de sujet plutôt qu’être désobligeant..

– Au fait j’ai vu que Jean-Marie Cavada organisait une visite de terrain samedi matin dans l’arrondissement. Vous pouvez me dire où c’est ? Je pourrai en profiter pour le voir à ce moment..

– Non je ne sais pas où c’est.. Bon, écoutez, je prends votre numéro de téléphone et je vous rappelle dès que j’en sais un peu plus.. Oh et puis là j’ai besoin de 5 oreilles pour répondre à tout le monde, allez, au revoir, bonne journée..

Contrairement à ce que veulent faire croire certains de nos commentateurs, MuniParis est non partisan et reste soucieux d’apporter la contradiction à Michèle Blumenthal (candidate PS) dont la voix a déjà été largement relayée sur ces pages. A défaut de Jean-Marie Cavada, que nous ne désespérons pas de rencontrer, MuniParis a tendu son micro à Françoise de Panafieu, croisée dimanche matin rue des Martyrs, dans le 9ème.

Alors Mme de Panafieu, confiante pour l’arrondissement-clé du 12ème ? Réponse peu convaincue de l’intéressée :

Suite à un problème technique sur le blog, le son se diffuse légèrement au ralenti. N’y voir aucune parodie de mauvais goût sur la personne de Françoise de Panafieu.

Publicités

12ème : Michèle Blumenthal, l’anti-star qui fait la nique à la « politique-spectacle »

//mairie12.paris.fr/repository/N61/N617379757/N1972341214.jpg” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.59% au second tour ! Michèle Blumenthal (maire sortante PS du 12ème) est donnée largement gagnante face à Jean-Marie Cavada (UMP) et Corinne Lepage (Modem) selon un sondage publié cette semaine (voir le post de Julien). Pourtant, c’est un euphémisme de dire qu’elle ne fait rien pour tirer la couverture (médiatique) vers elle. Il faut voir la moue qu’elle fait (pour ne pas dire la tronche qu’elle tire) quand, à la sortie de son meeting de présentation du projet pour le 12ème ce jeudi 31 janvier, MuniParis lui demande une courte interview. Chaque question semble lui infliger une immense souffrance. A chaque réponse balbutiée maladroitement, ce même regard désemparé, ces bras qui lui tombent lourdement, cette envie d’en finir au plus vite. Michèle Blumenthal ne dit rien à la presse, s’enfuie devant les micros tendus. D’ailleurs les médias, elle s’en fiche. Alors MuniParis… (bon, quand même, son site de campagne renvoie fièrement vers nos posts publiés ici, son attachée de presse fait du bon boulot).

« Elle parle des crottes de chien avec une aisance troublante ! »

Les ambitieux peuvent dormir tranquille : il ne fait pas de doute que Michèle Blumenthal n’a aucune visée plus large que le 12ème. Avec elle, on a affaire à du local, du vrai. Née à Roubaix (origines nordistes que laisse trahir son apparence « dure comme un roc »), elle vit dans l’arrondissement depuis 30 ans et rien ne l’intéresse d’autre que le 12ème. Répondre sur les marchés aux préoccupations quotidiennes des habitants, c’est son dada ! « Ma stratégie de campagne, c’est d’être au plus près des gens« , affirme-t-elle, croyant offrir au journaliste un scoop. « Stratégie », un bien grand mot au fond pour celle qui ne fait qu’être elle-même. Incapable de tenir son auditoire sur des questions de politique parisienne générale, elle excelle à apporter des solutions concrètes sur chaque carré de trottoir. Elie Cohen, économiste, qui a participé à l’une de ses réunions-débats sur l’innovation (voir précédent post), ironise en privé : « Elle parle des crottes de chien avec une aisance troublante ! »

Plus étonnant encore, son détachement non feint quant à ses poids-lourds d’adversaires que forme le ticket Cavada/Lagarde. Là aussi, ça lui passe franchement par-dessus la tête. C’est tout juste si elle a entendu parler d’eux : « Je ne sais pas pour les autres. Ca doit être des visions différentes des choses« . Point. Merci Michèle ! Il est amusant d’imaginer comme l’UMP doit être sur les nerfs de constater, qu’après des semaines d’analyse stratégique pour choisir les candidats estimés les plus « pros » pour arracher l’arrondissement-clé à la gauche, Blumenthal avance, solide comme un bloc, sans même s’en apercevoir.

D’autant que l’UMP s’est déjà cassée les dents aux dernières législatives dans le 12ème avec le parachutage raté du médiatique avocat Arno Klarsfeld. « C’est caricatural de la politique-spectacle dont plus personne ne veut » commente Alexis Corbière, adjoint à l’éducation pour le 12ème. « Je ne pense pas que Cavada ait envie de se cogner le boulot au quotidien de construction de logements, c’est pas son truc, ça se voit à quel point ce type n’est pas fait pour être maire, ça en devient grotesque« . Alors que Michèle, elle… « Que Michèle n’ait pas la carrure pour animer une émission de télé en prime time, aucun doute, mais Michèle à la carrure pour être la maire du 12ème« , ajoute Alexis Corbière.

En attendant, Cavada est un sujet inépuisable qui fait beaucoup rire dans les meetings du PS. Manifestement peu présent pendant cette campagne (il n’y a qu’à voir la difficulté à le rencontrer), l’ancien journaliste est décrit comme cet « homme à l’écharpe bleue que l’on croise parfois le dimanche au marché » et que les vieilles dames confondent avec Jacques Chancel. Pas de doute, on ne confondra pas Michèle Blumenthal avec Anne Sinclair.