Défilé d’Halloween à Columbia : cow-boys, indiens, soldats et… Barack Obama

Carnet sonore réalisé pour le site de France Culture (photos et son de meilleure qualité !)

Le jour d’Halloween aux Etats-Unis, c’est un peu comme Mardi-Gras en France : les rues appartiennent aux enfants qui défilent, déguisés, avec leur école. Ce 31 octobre, vers 10h, alors que j’allais me chercher un bagel aux pépites de chocolat pour petit-déjeuner, je suis tombé sur la parade de Lee School, une école primaire du centre-ville de Columbia, Missouri, où l’accent est mis sur les arts et l’expression. Thème du défilé, en fanfare : America My Home ! L’Amérique éternelle stéréotypée était convoquée : indiens, cow-boys, militaires, ladies paysannes sorties de « La petite maison dans la prairie »… De solides icônes qui résistent, comme un pied de nez à l’instabilité d’un pays qui doute de son avenir.

Mais la maison Amérique de 2008, c’est aussi celle qui fait campagne. Et une figure surprenante s’est largement invitée au cortège : Barack Obama, présent sur les masques, T-shirts, pin’s de plusieurs enfants noirs et métis. On ne sait pas encore qui sortira vainqueur du scrutin du 4 novembre mais c’est certain, le candidat démocrate est bel et bien entré dans l’imaginaire collectif américain, même des plus petits.

Vodpod videos no longer available.

Publicités

On s’affiche !

Ici en politique, rien n’est décidement comme chez nous. Alors qu’en France, le sentiment partisan est une affaire très privée (avez-vous la moindre idée de ce qu’a voté votre voisin en 2007 ?), aux Etats-Unis, on s’affiche au grand jour, devant sa porte. Il suffit d’une petite balade dans les rues de n’importe quelle ville pour le constater. Bon, je vous l’accorde, sur cette photo, c’est particulièrement exagéré. On ne peut même plus faire griller les burgers dans le jardin. De toute façon, John McCain ne serait pas convié au pique-nique.

Pour info, Robin Carnahan (au deuxième plan) est la candidate démocrate au poste de secrétaire d’Etat dans le Missouri. Le 4 novembre, on ne vote pas seulement pour le candidat à la Maison Blanche mais aussi pour les élus locaux, certains référendums et renouveler en partie le Congrès à Washington. En attendant, ce sont les citrouilles d’Halloween qui trinquent.

« La mauvaise conscience de l’Amérique blanche »

Voilà un reportage que j’aurais aimé faire, si j’avais une voiture pour aller me perdre dans les comtés ruraux très conservateurs du Missouri. Publié dans le « Journal du dimanche » le 19 octobre par un envoyé spécial dans le Missouri, et désormais en ligne.

Pour patienter avant mon post sur les militants républicains que j’ai rencontrés à l’occasion de la venue lundi à Columbia de John McCain himself.

« La mauvaise conscience de l’Amérique blanche » par Antoine MALO

Ivres de débats

Il faut dire ici ce qu’on ne lit pas dans les journaux. Savez-vous à quoi s’amusent les jeunes Américains pro-démocrates quand ils regardent entre amis un débat vice-présidentiel Joe Biden/Sarah Palin à la télé ? La « watch party » vire au « drinking game » (jeu où l’on boit) : à chaque fois que Sarah Palin prononce le mot « Maverick » (c’est-à-dire toutes les deux phrases), hop, on avale tous ensemble une bonne gorgée de bière. Une manière de se moquer de ce « Maverick » ridiculeusement appliqué à toutes les sauces pour décrire le candidat républicain John McCain.

Maverick, c’est lui

Pour info (glanée sur le blog de la correspondante du Monde aux USA, Corine Lesnes), « Maverick » vient de Samuel Augustus Maverick, un rancher du Texas des années 1840 qui refusait de marquer son bétail, ce qui fut perçu comme la marque de son indépendance d’esprit. John McCain aime à se faire appeler le « Maverick » car il est connu pour ses prises de distance avec son propre parti. C’en est devenu l’un de ses slogans de campagne (l’idée de faire passer les intérêts de la nation avant ceux du parti républicain), un slogan tellement martelé par Sarah Palin qu’il en devient risible, et donc très buvable.

Mes amis progressistes qui se gaussent de ce « Maverick » galvaudé s’en sont donnés à coeur joie lors du débat jeudi dernier. Agacé par cet emploi constant de « Maverick » par sa rivale, Joe Biden s’est soudainement emparé de ce terme en l’employant de nombreuses fois dans une tirade bien sentie où il explique aux électeurs que non, John McCain n’est pas un « Maverick » puisqu’il a voté au Sénat dans le sens de George W. Bush et des républicains le plupart du temps. Autant dire qu’à la fin du débat, tout le monde était rond comme une queue de pelle.

Tout est calme

Loin, très loin de la « tempête boursière » qui s’abat sur New York, des « plans de sauvetage » cousus main depuis Washington et du « coup de poker » politique de John McCain cette semaine.

Dans le Missouri, en pleine campagne, tout est calme. Et c’est l’automne…

Vodpod videos no longer available.

more about « Tout est calme« , posted with vodpod

Gens de Columbia, MO

Ce blog s’enrichit d’une nouvelle page ! Je publie dans « GALERIE » (onglet en haut à droite) les photos que je prends pour mon cours de photojournalisme ici à Columbia, à l’Université du Missouri. Conseils et avis sont les bienvenus.

Oncle Sam chez les Soviets

C’est un beau labsus, révélateur de l’anxiété qui règne parmi les plus hauts officiels américains. Alors qu’il répondait à ma question sur l’avenir des relations France-USA en cas de victoire de Barack Obama, Howard Dean, président du comité national démocrate, laissa échapper cette phrase : « Nicolas Sarkozy a été d’une grande aide dans sa tentative de chasser les Soviets, euh les Russes, de Géorgie« .

Vodpod videos no longer available.

Montage photo et son: Mélissa Bounoua

Mes amis, les Soviets sont de retour ! Il se trouve que cet été, en stage à Washington, j’ai eu le plaisir d’entendre ce même lapsus de la bouche d’un parlementaire qui s’adressait devant des experts lors d’une conférence sur les questions énergétiques.

Ainsi, dans l’inconscient américain, et plus largement, occidental, la Russie de Poutine (ou de Medvedev-Poutine) opère ce grand come-back hégémonique auprès de ses voisins est-européens au point de craindre une nouvelle guerre froide. Tremblez, Américains ! Vladimir n’a pas dit son dernier mot !