12ème : « M. Cavada veut bien vous répondre, mais après la campagne »

Court entretien téléphonique avec Mme Chatrier, qui gère la communication du candidat Cavada (apparenté UMP)

– Allo? Bonjour, je suis journaliste pour MuniParis, je cherche à joindre Jean-Marie Cavada depuis plusieurs jours…

– Ah oui, j’ai bien eu votre mail. M. Cavada pourra vous répondre, mais après la campagne. Vous comprenez que son agenda est surchargé…

– Euh… C’est-à-dire que nous réalisons un blog spécialement consacré à la campagne des municipales à Paris. Il serait donc plus utile de le rencontrer avant les élections..

– Ah oui je comprends bien.. Mais bon là, c’est tout à fait impossible.. Ca prendrait combien de temps ?

– S’il est vraiment indisponible, un quart d’heure fera l’affaire, le temps d’avoir un son et quelques images..

– Et que voulez-vous lui demander ?

– Vous savez que j’ai déjà interviewé ses adversaires Michèle Blumenthal et Corinne Lepage. Il serait bon que les lecteurs de MuniParis, de plus en plus nombreux, entendent ce qu’il a à dire.

– Sur quoi vous les avez interrogés ? Il faudra que ce soit les mêmes questions, vous savez..

– Ecoutez, nous avons abordé plein de sujets.. Je pourrais par exemple commencer par lui demander ce qui lui déplaît actuellement dans le 12ème..

– Je vous dis tout ça parce que c’est important d’organiser les équipés..

Les « équipés » ?… Changer de sujet plutôt qu’être désobligeant..

– Au fait j’ai vu que Jean-Marie Cavada organisait une visite de terrain samedi matin dans l’arrondissement. Vous pouvez me dire où c’est ? Je pourrai en profiter pour le voir à ce moment..

– Non je ne sais pas où c’est.. Bon, écoutez, je prends votre numéro de téléphone et je vous rappelle dès que j’en sais un peu plus.. Oh et puis là j’ai besoin de 5 oreilles pour répondre à tout le monde, allez, au revoir, bonne journée..

Contrairement à ce que veulent faire croire certains de nos commentateurs, MuniParis est non partisan et reste soucieux d’apporter la contradiction à Michèle Blumenthal (candidate PS) dont la voix a déjà été largement relayée sur ces pages. A défaut de Jean-Marie Cavada, que nous ne désespérons pas de rencontrer, MuniParis a tendu son micro à Françoise de Panafieu, croisée dimanche matin rue des Martyrs, dans le 9ème.

Alors Mme de Panafieu, confiante pour l’arrondissement-clé du 12ème ? Réponse peu convaincue de l’intéressée :

Suite à un problème technique sur le blog, le son se diffuse légèrement au ralenti. N’y voir aucune parodie de mauvais goût sur la personne de Françoise de Panafieu.

Publicités

Municipales Paris : Contre les « people », Michèle Blumenthal programme les Experts de l' »innovation »

Pour affronter des poids lourds comme Jean-Marie Cavada (tête de liste UMP) et Christine Lagarde (numéro 2) dans l’arrondissement-clé du 12ème, la maire sortante PS Michèle Blumenthal sort le grand jeu. Aux « candidats people » dépêchés par l’UMP, celle dont la notoriété ne dépasse pas les frontières de l’arrondissement oppose les experts reconnus et « respectueux des électeurs ». L’ancien ministre de l’Economie et des Finances (sous Lionel Jospin) et actuel conseiller PS de Paris dans le 12ème Christian Sautter (numéro 2 sur la liste) et son colistier sociologue (estampillé « personnalité d’ouverture ») Jean-Louis Missika participaient mercredi 23 janvier à une réunion publique sur le thème « Développement économique, innovation et emploi« . En guest, l’économiste chouchou des médias Elie Cohen, venu prodiguer ses conseils et analyses. Ce dernier en est convaincu : les grandes métropoles du monde sont désormais en « compétition » pour attirer l’activité et l’atout de Paris réside dans ses « 3 C » : « connaissance« , « création« , et « culture« .

Mais chut, Françoise de Panafieu ne le sait pas encore ! Jean-Louis Missika a compté sur ses doigts. « 12 mots sur l’université » et « 25 mots sur l’innovation » dans le programme de l’adversaire de Bertrand Delanoë. « Mme de Panafieu sait effectivement aller à l’essentiel« , ironise le sociologue en référence au slogan de campagne de la candidate UMP. Le Maire de Paris, lui, « a de l’ambition » : « il a déjà fait beaucoup pendant sept ans » mais il ne compte pas s’arrêter là. « Sous la prochaine mandature, un milliard d’euros sera consacré à l’innovation pour donner à Paris les moyens du rayonnement économique mondial qui lui revient« . Au programme, la création d’une « Agence parisienne de l’innovation », la mise à disposition de 100 000 m2 de « pépinières d’entreprises », le développement de l’accès des PME au très haut débit et un grand pôle universitaire sur Paris-Rive gauche.

Et dans le 12ème ? « Le 12ème a de l’audace ! » mes amis, et c’est Christian Sautter qui le dit. Mais attention, ici, « l’innovation se nourrit de la tradition« , ou comment réunir habilement jeunes branchés et « seniors » dépassés. Exemple de cette savante articulation passé/avenir, le lancement d’un Pôle Artisanal liant l’héritage du faubourg Saint-Antoine et de la prestigieuse Ecole Boulle à de nouvelles structures telles que les Ateliers de Paris, qui accueilleront les jeunes artisans issus des écoles d’art. Ou encore l’ouverture d’un « Institut de la Vision » installé dans le célèbre hôpital des Quinze-Vingts créé par Saint-Louis à destination des aveugles.

Christian Sautter « fait un rêve »

Christian Sautter l’a avoué ce soir-là. Il « fait un rêve, le rêve de Bercy-Charenton« , comme vous aussi certainement. Dans cette zone de friches ferroviaires, le conseiller de Paris, en harmonie avec Jean-Louis Missika, rêve… d’innovation, c’est-à-dire d’aménager un nouveau quartier avec des logements, des espaces verts et des activités. Parmi elles, une « pépinière d’entreprises« , encore. Mieux, elles sera spécialisée dans l' »éco-mob« . Quezaco ? Ces entreprises auront comme priorité d’innover dans la « mobilité durable« , c’est-à-dire dans les nouveaux modes de déplacement. Ouf.

On décline généreusement l' »innovation », mais à Michèle Blumenthal de gérer les affaires courantes. Et la maire du 12ème, autoproclamée « maire de la proximité », de répondre aux questions des électeurs sur « la vraie vie », celle du « quotidien des gens ». Où comment l’on passe brutalement des « quartiers éco-mob » à la cuisson insuffisante des pommes de terre dans les hôpitaux de l’arrondissement. Non, il n’y a pas de petits sujets dans une campagne. Et des grands ?

PS: pour suivre l’intégralité de la campagne des municipales à Paris couverte par les étudiants en journalisme de Sciences Po, allez sur http://muniparis.wordpress.com

« Jeunes actifs » cherchent bel électeur pour « redynamiser » l’est parisien

Ils ont plus de 30 ans, ce qui les exclut mécaniquement du club des « Jeunes Pop ». Ils ne sont pas encore installés dans leurs 45 ans et ne bénéficient donc pas de réseaux sociaux-professionnels solides qui pourraient les lancer en politique. Alors ils ont créé il y a deux ans le club intermédiaire, « Jeunes actifs« , pour fédérer les militants UMP encore pas trop vieux et qui découvrent tout juste sur le terrain le « travailler plus pour gagner plus ». De jeunes sarkozystes dynamiques, souriants et propres sur eux, qui rêvent d’installer Françoise de Panafieu à l’Hôtel de Ville comme ils ont propulsé leur champion à l’Elysée l’an dernier.

Les « Jeunes actifs » du 12ème arrondissement sont presque aussi cools que les jeunes groupies de Delanoë, d’ailleurs ils organisent des « cocktails dinatoires » dans des bars mexicains à Bastille, c’est dire… Ainsi, mercredi dernier (16 janvier), ils s’étaient rassemblés au Chihuahua, boulevard de Bastille, le long du port de l’Arsenal, pour présenter, avec Madame de Panafieu, les têtes de liste UMP de l’est parisien, dont leurs héros locaux, Jean-Marie Cavada et Christine Lagarde, respectivement numéro 1 et numéro 2 dans le 12ème. L’est parisien (10ème, 11ème, 12ème, 13ème, 18ème, 19ème, 20ème), rappelons-le, c’est l’exact opposé de l’ouest, un point cardinal où la droite, s’étant fait laminée en 2001, ne contrôle aucune mairie. Il va donc y avoir du boulot !

Mais quand on en est jeunes et actifs, on n’a peur de rien… Pas même de faire du 18ème (fief de Bertrand Delanoë, Daniel Vaillant et d’un certain Lionel Jospin) un « cimetière des éléphants » ! Bon courage, donc. Pour le reste, on veut « réveiller » des quartiers endormis, « redynamiser » le tissu économique et social, favoriser un « urbanisme attractif », et passer un coup de balai sur des « trottoirs jonchés de détritus ». Vous ne le saviez pas encore, les « Jeunes actifs » vous le révèlent : Paris est une ville dortoir, sale et moche… Expliquez-nous!

J’ai demandé à Christine Lagarde s’il fallait construire des tours à Paris, notamment le long du périphérique. C’est un sujet sensible sur lequel aucun état-major politique ne donne de lignes claires, de peur d’effrayer des électeurs nostalgiques du bon baron Haussmann. La ministre de l’Economie et des Finances (qui se targue sans sourciller de « travailler et habiter dans le 12ème », cf appartement de fonction à Bercy), répond avec conviction, large sourire et foulard Hermès noué, mais pas trop…

J’ai demandé grosso modo la même chose à Jean-Claude Beaujour, tête de liste dans le 20ème arrondissement. Il semble sur la même longueur d’onde.

Je suis allé voir Zahava Drogoczyner, dont le statut UMP est à la limite de l’irrégularité : elle travaille (inspectrice du Trésor Public à Bercy) mais n’a que 27 ans. Jeune Pop ou Jeune active ? Les deux mon capitaine, et on n’en parle plus. Ca va pour cette fois, mais qu’on ne vous y reprenne pas. Elle paraît surprise que Christine Lagarde soit favorable à des tours, ou du moins à une modernisation de l’architecture. Pour Zahava, les tours c’est niet. Passent encore dans le 13ème. Mais dans le 12ème, impossible. Ca « défigure », dit-elle :

Mme de Panafieu a-t-elle une chance d’attirer les jeunes, auprès desquels M. Delanoë est très populaire ? Zahava veut y croire. Soulevez le rideau de fumée de la « comm » de Monsieur le Maire et voyez plutôt. Un exemple ? Paris-Plages :

Retour à Beaujour. Comment on « redynamise l’activité », monsieur le candidat ?

Jean-Marie Cavada n’a pas souhaité répondre à ma question sur l’urbanisme. Il m’a dit « ouh la la, mais on peut pas répondre à des questions aussi complexes comme ça en 2 minutes ». Et puis vous pensez bien, il s’était levé à 6h ce jour-là donc il était « l’heure de fermer les volets ». Naïvement, je croyais que ce genre de recontres était l’occasion pour les candidats de répondre aux questions des citoyens. Bizarre pour un ex-journaliste. Il doit préférer poser les questions, au fond. Enfin, il m’a enjoint à le rencontrer un de ces quatre dans sa permanence de campagne. Savez-vous où elle se situe ? Réponse en chanson :

Tiens, pour la blague… Pour ceux qui se demandaient encore à quoi servait Christine Lagarde au gouvernement :

A bientôt dans le 12ème !

PS: pour suivre l’intégralité de la campagne des municipales à Paris couverte par les étudiants en journalisme de Sciences Po, allez sur http://muniparis.wordpress.com